Le dosage du Champagne

Définition du dosage

A la fin de sa maturation, le vin est dégorgé et il est bouché sous liège après adjonction (ou non) d’une liqueur. Il s’agit d’un mélange de vins de réserve et de sucre de canne très pur. La quantité de sucres résiduels dans le vin en bouteille (sucres naturels provenant du raisin + sucres éventuellement ajoutés) va déterminer le type de champagne :

–       brut nature : aucun sucre ajouté et moins de 3 gr / litre de sucres résiduels

–       extra-brut : entre 0 et 6 gr / litre de sucres résiduels

–       brut : entre 7 et 12 gr / litre de sucres résiduels

–       extra-sec : de 12 à 17 gr / litre de sucres résiduels

–       sec : de 17 à 32 gr / litre de sucres résiduels

–      demi-sec : de 32 à 50 gr / litre de sucres résiduels

–       doux : plus de 50 gr / litre de sucres résiduels

L’absence de dosage permet de mieux valoriser les qualités du vin et de son terroir, partiellement ou même totalement masqués par le dosage. Ainsi, la minéralité et la complexité du vin sont plus grandes. Pour que des champagnes peu ou pas dosés soient gustativement acceptables par la moyenne des consommateurs, il faut qu’ils soient produits à partir de beaux raisins avec une maturité suffisante, sinon l’acidité apparaîtrait trop forte.

Histoire du dosage à travers les siècles

A sa naissance au 18e siècle, la prise de mousse du Champagne était expérimentale et pour obtenir de belles bulles, on ajoutait davantage de sucre au vin. Le champagne était naturellement à cette époque un vin de fête sucré & effervescent, pour accompagner le dessert servi dans les dîners. Au 19e siècle, le dosage augmente encore fortement (voir images ci-dessous). Il diminuera progressivement à la fin 19e/début 20e sous l’impulsion du marché britannique notamment, qui demanda un champagne plus secs, pour le déguster autrement qu’en dessert. Le succès fut immédiat et au 20e siècle, la dégustation champagne au dessert sera de plus en plus délaissée pour l’apéritif.

A partir du nouveau millénaire, plusieurs grandes maisons inversent la tendance avec une petite production de cuvées plus dosées, principalement destinées aux cocktails. Elles répondent ainsi à un marché de niche représentant aujourd’hui environ 3% de la consommation globale et correspond aux demandes des plages estivales, des jeunes consommateurs, du monde de la nuit et de l’export.

Nous espérons que cet article vous a été utile ! Si vous avez des questions, rendez-vous plus bas dans les commentaires.


Recherches documentaires & rédaction : Carine CHARLIER / Clic & Plume

VINIFICATION : la Maturation sur Lies

Quand on parle de vieillissement du champagne, ça n’est pas une mince affaire … Explications.
Les « lies » ce sont les levures qui se sont multipliées dans la bouteille et forment un dépôt. Après la prise de mousse, les levures meurent progressivement et s’autolysent : leurs cellules se dégrade et libère des molécules qui vont interagir avec le vin, qui va subir de lentes transformations (plusieurs semaines).

Sur cette bouteille que Fabien nous montre, on voit clairement le dépôt de sédiments résultant du processus de la prise de mousse. Il va être totalement éliminé par l’étape du dégorgement par lequel ce dépôt est figé dans la glace et expulsé, après être descendu dans le goulot via l’étape du remuage.

Fabien au remplissage du gyropalette, « cage » où les bouteilles sont tournées d’1/4 de tour automatiquement & quotidiennement.

Il doit s’écouler au moins 15 mois entre le tirage et l’expédition, dont 12 obligatoirement sur lies. Le délai est de 3 ans pour les millésimes. Ce délai légal, important par rapport aux autres vins effervescents, est en réalité quasiment toujours plus long en Champagne : en moyenne de 2 à 3 ans pour les cuvées non millésimées et entre 4 et 10 ans pour la plupart des millésimes (8 ans pour nos cuvées Vieille Vigne & Spéciale)

D’un point de vue réglementaire, les vins de Champagne sont les seuls à connaître une aussi longue maturation. La réglementation européenne n’impose qu’un délai minimum de 90 jours pour les vins effervescents.

L’étape de la maturation sur lies est importante car elle apporte ainsi des arômes spécifiques au Champagne et permet l’épanouissement progressif des arômes de maturité, dits tertiaires (voir carte des arômes ci-dessus).

Nous espérons que le vieillissement du Champagne a moins de secrets pour vous, avec la lecture de cet article !

Newsletter d’automne 2019

VENDANGES

Le climat chaud et ensoleillé des mois d’août / septembre combiné à des nuits fraîches à l’approche des vendanges, a permis à la vigne de connaître une maturation exceptionnelle, offrant des moûts dont l’équilibre entre acidité et taux de sucre ainsi que la concentration aromatique sont de bon augure pour nos futures cuvées ! Précisons également que la Champagne a connu son année la plus chaude jamais vécue avec 42,9°C enregistrés le 25 juillet.

Découvrez quelques séquences de nos vendanges en vidéo :

 

NOUVELLE CUVÉE !

Cet automne, sur nos salons, venez déguster en avant-première notre nouvelle cuvée ! Un 100% meunier Millésimé élevé en fût de chêne, cépage emblématique de notre belle vallée. Il ne sera pas commercialisé avant le printemps prochain.

IMG_2780